En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies ayant pour but la réalisation de statistiques de visites. (Google Analytics, Facebook & Twitter)
Ok accepter En savoir plus
Londres Accueil
 
acebook
|
|
|
|
 Nous écrire
|
|
 Identification

Londres Accueil

Bienvenue à Londres !

 > Visiter Londres > Idées de sorties

Idées de sorties

23/05/2018

Vivre à Londres est une expérience fantastique!

Nos bénévoles et nos membres fourmillent d'idées originales ou traditionnelles pour vous faire découvrir notre ville

 

Image_6130

 
 
Westminster Walk


Incontournable Westminster


 Commençez par Westminster Bridge quartier animé depuis l’époque romaine, puis par les « horses ferries »,

 

 

le London Eye et ses 600 « weddings » par an.

 

 

les Houses of Parliament et Big Ben (the clock) dans la tour Elisabeth II , tour qui possède même une petite prison pour les parlementaires qui se conduiraient mal…

 

 

Puis Westminster Hall William Wallace (Braveheart) fut jugé, maintenant utilisé lors des funérailles nationales ou pour les discours devant les 2 chambres réunies.

 

Westminster Abbey, construite par Edouard le Confesseur, où se trouvent les tombeaux de personnalités et où on peut marcher sur toutes les tombes sauf celle du soldat inconnu.

 

 

Puis Ste Margaret Parish ChurchChurchill s’est marié.

 

Nous avons eu plein d’informations et d’anecdotes passionnantes sur le Parlement, la Royauté, l’histoire du Royaume Uni, la Civil War de 1640 et Cromwell (avec sa tête qui s’est promenée dans toute l’Angleterre !).

 

Puis un détour par les rues plus calmes comme Lord North Street, John Smith Square et leur architecture du 18eme, Westminster School et Dean’s Yard.

 

Whitehall2.jpg

 

Retour sur les rues plus animées avec Parliament Square, la Cour Suprême de Justice, Whitehall et toute l’histoire de ce Palais, tous les Ministères, le Cabinet War Rooms, 10 Downing Street

 

 

 

 

 Et pour finir devant les Horse Guards et comprendre pourquoi aujourd’hui ils ne gardent plus rien puisque le Palais de Whitehall n’existe plus et que l’entrée de Buckingham se fait par the Mall !

 

 

 

Quartier de Shoreditch
 
Bienvenue dans l'un des quartiers les plus branchés de Londres
 
 
         
               Shoreditch , au nord est de la City, est l'endroit où aller prendre un verre au nouveau Beach Blanket Babylon le vendredi soir, déjeuner d'un curry sur Brick Lane ou essayer "Chez Elles", bistrot français de femmes pour un joli déjeuner "entre elles".
 
             Ou encore passer le dimanche à arpenter les galeries d'art de Bethnal Green Road et de Whitechapel. Ma préférée est la White Chapel Gallery, des vidéos délirantes et des artistes engagés, mais aussi Espacio Gallery sur Bethnal Green road, qui appartient à un groupe d'artistes - et où j'expose mes gravures (voir signature) en Novembre 2017.
 
 
Ma rue préférée, c'est l'adorable Redchurch street, pleine de boutiques irrésistibles: Dégustez les chocolats au gin chez Mast, dans leurs emballages superbes ; succombez aux thés parfumés de T2, surtout le thé Chai aux dattes qui est une tueurie! Prenez un brunch ou un Pisco sour à n'importe quelle heure (ils sont ouverts non stop) chez Andina, le bébé du talentueux chef péruvien Martin Morales, vous ne le regretterez pas!
 
               Shoreditch, c'est un concentré des quatre coins du monde et rien ne représente mieux ce melting-pot que le marché couvert en face de la Old Truman Brewery, un hangar plein de toutes les saveurs du monde où manger des churros avec des rouleaux de printemps arrosés d'un maté argentin! Vive la fusion, ici on aime les mélanges!
 
 
               Bien sûr, dans le même esprit, descendez Brick Lane pour fouiner dans les échoppes de frusques et trouver des 45 tours pour le mange-disque de votre adolescence!
Achetez vous Strawberry Fields et écoutez les Beatles en boucle pour vous rappeler combien vous aimez Londres...
 
 
Diane Comte Frost
Food-bloggeuse @ travelsaroundmykitchen.com
 
Artist printmaker
 
Instagram @Diane_printroom
Balade le long du canal de Camden à Little Venice
Camden et son canal
 

Une magnifique promenade sur les berges du canal du Régent au départ de Camden Town jusqu'à Little Venice. Un moment inattendu et insolite au coeur de Londres.

 



Camden Town fut tour à tour une petite ville aisée appartenant au Comte de Camden fin 1700,  puis un quartier industriel grâce à la construction du canal fait de 12 doubles écluses en 1820.

 

Cette petite partie du canal longue de 5 km est réservée depuis 1970 aux loisirs. Elle fait partie du formidable réseau de voies navigables (3800 km), support de la révolution industrielle en Angleterre avant le développement du chemin de fer.

Des chalands longs et étroits continuent de naviguer, et l’ancien chemin de remorquage permet aux piétons de se promener au calme et loin de la pollution.


Ville De Camden, Londres, Ville, Camden


Longeant le canal attardez vous devant l’une des 12 écluses qui lui permettent de parvenir en douceur à la Tamise, observez dans certains tunnels les traces des cordages qui permettaient aux chevaux de tirer les péniches chargées de bois, de foin, de charbon... D’étroites péniches continuent de naviguer pour le plaisir, et l’ancien chemin de halage est devenu un lieu de promenade paisible, accessible aux piétons et aux cyclistes…

 

Nous avons longé Regent’s Park, qui abrite le zoo de Londres, aperçu une belle volière géante, admiré de gigantesques propriétés bâties sur terrain royal, deviné une mosquée grâce à son minaret, jusqu’à ce que nous arrivions à Little Venice, son bassin triangulaire et son îlot."

 

 


Il est possible également de faire cette balade en bateau, très facile à trouver au départ de Little Venice ou de Camden Town Vous pouvez vous renseigner, surtout pour les horaires en cliquant sur les sites suivants : 
                              www.londonwaterbus.com/                                          www.jasons.co.uk/

Palaces, Résidences du grand Londres
 
  Syon House 
 
Image_7950
 
Syon House est depuis plus de 400 ans la résidence privée londonienne des ducs de Northumberland ; Ralph Percy, 12ème Duc de Northumberland, en est l’actuel propriétaire.
 
Construite sur le site d’une ancienne abbaye, cette imposante demeure abrite de magnifiques salles d’apparat, œuvres de l’architecte Robert Adam au 18ème siècle. La visite fera revivre dans un cadre exceptionnel l’histoire de l’Angleterre à travers le passé de la famille Percy.
 
Après la visite guidée des somptueux intérieurs, nous pourrons nous promener dans les beaux jardins aménagés par le célèbre paysagiste Capability Brown, et découvrir une superbe serre.
Syon Park est situé à hauteur de Kew Gardens, mais de l’autre côté de la Tamise.
 
 
  Eltham Palace 
 
Eltham est un château aussi remarquable qu'étonnant, puisqu'il allie à la fois une partie médiévale et une partie de style art déco
Il s'agit du château où Henri VIII a passé son enfance. 
 
Palais D'Eltham, Sud De Londres

Le splendide hall Tudor en carène de navire renversée (qui a son jumeau à Hampton Court) en témoigne. Mais la majorité des pièces a été conçue, décorée et meublée selon le style art déco par la famille Courtauld qui a acquis le château vers 1930.
 
  Palais D'Eltham, Sud De Londres, Étude  Palais D'Eltham, Sud De Londres
 
Les amples volumes, les matériaux précieux, la disposition symétrique et harmonieuse, la recherche d'une esthétique exigeante et de technologies innovantes, incarnent à merveille les vers du poète: "Là, tout n'est qu'ordre et beauté, Luxe, calme et volupté"... 

Puis, après un repas pris dans le restaurant situé à l'entrée du château,vous pouvez vous promener dans les élégants jardins, qui comptent tant des jardins anglais que des parterres à la française.

Si vous souhaiter en savoir plus et visiter le Palace, rendez vous sur le site 
 
 
  Waddesdon Manor 
 
  
 
Notre visite de la demeure historique des Rothschilds à Waddesdon Manor fut un succès malgré un temps maussade. Construite par le Baron Ferdinand pour abriter sa collection de meubles et d’oeuvres d’art, Waddesdon Manor est une maison écrin entièrement décorée dans le plus pur XVIIème français. Sous la houlette ironique et savante de John, notre guide, nous avons pu admirer des secrétaires Riesener et Boulle, des lustres de quartz naturel 
exceptionnels et des curiosités de collectionneur dont une horloge automate en forme d’éléphant.

Par chance nous avons pu apprécier deux installations temporaires puisque la maison abritait les oeuvres du céramiste contemporain Edmund de Waal et le jardin était peuplé d’extraordinaires statues prêtées par Christies jusqu’à fin Octobre. Waddesdon, c’est aussi un cellier à vins extraordinaire et certaines bouteilles signées Mouton-­Rothschild ou Château Clarke sont en vente à la boutique des Vins.
La demeure est à moins d’une heure et demie de Londres.
 
        
 
  Strawberry Hill 
        
 
"Nous avons découvert avec stupeur, dans le district de Richmond, un OVNI architectural. Il s'agit du chateau de Strawberry Hill.
Imaginez une bâtisse blanche et crémeuse comme l'église du Sacré Coeur à Paris, qui emprunte aux châteaux médiévaux ses créneaux et sa pseudo tour de guet, aux édifices religieux un petit cloître paisible, une statue dans une niche, des fenêtres en ogives ornées de vitraux.

A l'intérieur les mélanges de genre sont aussi détonnants et souvent inattendus : le hall ressemble à celui d'un château, on pénètre ensuite dans une pièce de cottage anglais, petite, basse de plafond et dotée d'un parquet à larges lattes, on passe ensuite dans un salon majestueux au plafonds peints...
A l'étage, même surprise à chaque pièce : pas un plafond ne ressemble à un autre, les murs sont peints ou revêtus  de couleur très tranchées ( bleu roi, mauve, vert épinard, une galerie d'apparat genre galerie des glaces sans les glaces rouge framboise). 

Bref, le décor est fascinant et la visite fort intéressante ; la guide aimant visiblement beaucoup ce lieu et faisant revivre devant nous le projet d' Horace Walpole, qui par cette construction, conçue à la fin du XVIIIe pour abriter ses collections d'objets d'art et de tableaux a signé un chef d'oeuvre d'architecture, lancé le style néogothique qui plait ou rebute mais qui ne laisse personne indifférent aujourd'hui et qui fut à l'époque beaucoup imité mais rarement égalé ...

Un repas délicieux et léger dans le petit café attenant au musée, nous a permis ensuite de nous remettre de nos émotions esthétiques et de nos efforts intellectuels intenses... " 
Pascale
 

 

  Hatfield House 


 Image_1520

 

Construite en 1611 par Robert Cecil, premier comte de Salisbury, Hatfield House, dans le Hertfordshire, figure parmi les dix plus belles propriétés d’Angleterre. Elle est restée dans la même famille depuis toujours.

 

Le château, décoré pour recevoir la cour du roi James I, est un magnifique exemple du style jacobéen et les appartements d’Etat recèlent grand nombre de tableaux, peintures et tapisseries.

 

Les trois enfants d’Henri VIII, dont Elisabeth I, ont grandi dans le vieux palais adjacent au château, et la propriété abrite de nombreux objets qui lui ont appartenu.

 

Les jardins ont un charme fou et proposent des fleurs à profusion ainsi que des parterres enclos de buis ou des promenades sous des tonnelles de vigne vierge.

 

Arhitecture, Background, Beautiful

 

 Visite guidée du château, puis une visite libre des jardins et du parc de ce domaine situé à 20mn en train de  King’s Cross station

 

 

Découvrir Notting Hill
Notting Hill
Image_8786
 
La visite débute à la sortie du métro Notting Hill Gate. Après un coup d’œil aux vieux cinémas du quartier ‘Coronet’ et ‘Gate cinema’, vous pouvez déambuler pendant près de 2 heures autour de Portobello Road
Ce nom est associé à la prise de Puerto Bello, une ville du Panama où Anglais et Espagnols s’affrontèrent lors d’une bataille navale en 1739, gagnée par les British, of course.

Géographiquement et historiquement, le Notting Hill d’origine est un secteur rural. 
C’est devenu Notting Hill Gate lorsqu’un péage pour diligence fut construit sur la route entre la City et Uxbridge (Oxford St), il servait à entretenir la route.
 
Image_8786
 
Au début du XIXe siècle, le quartier est créé par la famille Ladbroke, qui possédait des champs au nord de Kensington, il comprend une dizaine de rues créées sur les vestiges d’un hippodrome – d’où leur forme de croissant (et leur nom ‘crescent’) -situées sur la colline ‘hill’ qui s’étend de part et d’autre de Ladbroke Grove, entre Cornwall Crescent au nord et Ladbroke Square au sud. 
 
 
Les maisons, dotées d’énormes jardins privés accessibles directement depuis les maisons qui les entourent (une spécificité du quartier), ont été construites à partir de 1840 par les Ladbroke pour les nouveaux riches de l’époque, ayant fait fortune dans le commerce et exclus des quartiers aristocratiques comme Mayfair ou Belgravia...
 
Pour la petite histoire, en 1840 un hippodrome de 140 hectares, censé concurrencer Ascot, ouvrit ses portes au nord-ouest de Notting Hill Gate. Mais la nature argileuse du terrain le rendait particulièrement glissant et dangereux, et son impopularité auprès des habitants du quartier, gênés par les hordes de parieurs, aboutirent à la fermeture en 1842. Un élevage de porcs y resta environ 15 ans avant d’être fermé pour insalubrité. Puis un marché de légumes prit possession des lieux et enfin vers 1940, les antiquaires s’y installèrent suite à la fermeture du marché d’Islington.
 
Du début du XXe siècle aux années 1970, le quartier s’est bien appauvri, avec l’arrivée d’émigrés, ayant pour conséquence le départ des familles aisées pour les quartiers voisins de Kensington et Chelsea, et la division des maisons en une multitude de petits appartements et chambres de bonne insalubres. Devenu un endroit à éviter pour les « gens bien », Notting Hill est décrit comme un taudis grouillant de rats et d’ordures.
 
Image_8786
 
En effet, ce quartier dans les années 50 et 60 est synonyme de squats peuplés d’émigrés de Trinidad et de Jamaïque. L’histoire du quartier à cette époque reste marquée par   les émeutes raciales opposant gangs de ‘mods’ racistes et immigrés antillais, émeutes   culminant en 1959 avec l’assassinat d’un jeune charpentier originaire d’Antigua tué par un   gang de jeunes blancs jamais appréhendés par la police.
 
Image_8786
 
 Devenu après cet événement un symbole de la lutte antiraciste, Notting Hill s’est doté en 1965 de son propre carnaval (2ème après celui de Rio). C’est l’une des plus grosses attractions touristiques de Londres, qui a lieu sur 2 jours fin août ; elle attire près de 2 millions de spectateurs qui célèbrent la joie de vivre et le multiculturalisme.
 
Notting Hill a réussi son ‘come-back’ dans les années 80, quand un grand nombre de riches Anglais travaillant dans les médias, le cinéma et la musique, se sont réapproprié ses grands hôtels particuliers, et ont relancé le quartier, rejoints la 
décennie suivante par une pléthore de banquiers et de célébrités, attirés par son élégance architecturale et la proximité de Kensington Gardens et Holland Park.
 
Au-delà de ses limites d’origine, Notting Hill inclut aussi le quartier de Westbourne Grove (boutiques très chic) à l’est et celui de Ladbroke Grove au nord, deux endroits très différents en dépit de leur proximité. Mais entre les deux se trouve   un espace mélangé, qui englobe la rue mythique d’All Saints Road (jadis zone de non-droit 
 appropriée par des gangs et des dealers), aujourd’hui parsemée de belles boutiques de   déco et de bars branchés ; c’est à la fois le Notting Hill des touristes qui s’agglutinent le   samedi au marché de Portobello Rd, et celui des Londoniens en vue (Kylie Minogue,   Gwyneth Paltrow, Kate Moss….).

 Le nord de Portobello Rd marque le commencement de North Kensington, l’autre Notting   Hill, plus éclectique et une réminiscence du passé loubard du quartier. Y cohabitent rastas   et dealers de crack, mais aussi David Cameron et Nick Jones.
Découverte de Covent Garden
Covent Garden
 
Il y a 500 ans, les moines de l'abbaye de Westminster élevaient leurs animaux à Covent Garden ( le jardin du couvent), et y faisaient pousser leurs fruits et légumes.
 
Au 16ème siècle, le quartier est devenu très à la mode après son rachat par le Duc de Bedford qui confia à l'architecte Inigo Jones la tâche d’y édifier une place sur le modèle de la renaissance italienne (Piazza), la première à Londres.
 
Image_9347
 
Un petit marché de fruits et légumes s'est développé et petit à petit le quartier acquis une mauvaise réputation. Bientôt le quartier attira les intellectuels et les gens de théâtre puis les prostituées
 
En 1830, l'architecte Charles Fowler conçu le batiment actuel pour organiser le marché.
 
Après la fermeture du marché en 1974 à cause des embouteillages qu'il créait, le quartier est devenu un lieu touristque de Londres, animé et chaleureux.
 
 
Aujourd’hui le quartier est très connu pour ses nombreux théâtres, mais l'ambiance dans le nord du quartier est différente ; les rues étroites autour de Seven dials, la misère de Drury Lane, un des quartiers les plus pauvres de Londres au 19ème siècle, regorgent aujourd'hui de boutiques et de restaurants recherchés.
 
Que de richesses sur un si petit périmètre ! La Royal Opera House, le temple maçonnique, la piazza, les nombreux théâtres, la maison de Charles Dickens, le Garrick club (club très sélect réservé aux acteurs), Rules (le plus ancien restaurant de Londres)…
 
De nombreux lieux où il faudra revenir sans aucun doute pour dîner, faire les boutiques ou aller au théâtre.


 

 

Le quartier d'Hoxton
 Découverte du quartier d'HOXTON
 
Il s'agit d’une partie de Londres que l’on a tendance à négliger : Hoxton qui, avec Shoreditch, fait partie du borough d’Hackney, situé au nord de la City. 

Il existe aujourd’hui une distinction très nette entre la partie sud, branchée et artistique concentrée autour d’Hoxton Square dont les logements, encore ‘bon marché’, sont très recherchés, et la partie nord, où se concentrent la majorité des ‘Estates’ (HLM).

Ce quartier a subi de nombreuses transformations depuis l’assèchement des marais environnants durant les années 1600. 
Le seul vestige de l’époque romaine qui subsiste est le réseau routier et notamment Old Street où nous commençons notre visite. 

Nous longeons l’hôpital de Moorgate, spécialisé dans le soin des maladies des yeux, créé en 1805 par John Cunningham Saunders afin de soigner les personnes atteintes de trachome (infection des yeux pouvant entrainer la cécité), essentiellement à l’époque, les soldats revenant des guerres napoléoniennes en Afrique du nord. C’est aujourd’hui encore un hôpital réputé pour la qualité de ses soins.

Nous nous enfonçons dans les petites rues, qui virent se développer au début du 19ème siècle des activités artisanales centrées autour du cuir (fabrication de chaussures) et du bois (meubles). Ces petites ‘industries’ bénéficiaient de la présence proche du marché aux bestiaux de Smithfield, source de matières premières : les peaux et les os pour fabriquer de la colle. Le développement industriel entraîna la fermeture de ces ateliers ou leur déplacement notamment vers Tottenham. 
 
Aujourd’hui, il ne reste que très peu de traces de ces anciennes activités, les anciens ateliers ayant pour la plupart été transformés en appartements ou en ateliers d’artistes. Le passé et le présent se côtoient dans ses petites rues où l’on peut trouver des pubs tels que l’Eagle qui affiche sur son mur l’extrait d’une chanson en slang (argot anglais) du XIXème siècle et le Mary Lloyd, du nom d’une chanteuse populaire de la même époque, ainsi que l’un des restaurants d’un des plus fameux ‘chef’ anglais actuels Jamie Oliver, le 15, qui a célèbré ses 10 ans d’existence. 15 pour 15 personnes, chômeurs ou personnes sans formation embauchés par le chef et qui bénéficient chaque année d’une formation et d’une expérience professionnelle.
 
 Une statue de jongleur et des plaques mentionnant des noms de théâtres nous rappellent que ce quartier était animé et réputé pour ses théâtres.
Le bâtiment de la centrale électrique de St Leonard construite au XIXème siècle a été réhabilité et abrite aujourd’hui une école du cirque qui produit également des spectacles, continuant ainsi la tradition du quartier. 


Durant l’époque victorienne, Hoxton vit la partie aisée de sa population se déplacer vers Shoreditch. Témoignage de la pauvreté de ce quartier à la suite ce mouvement de population, hospices et asiles se multiplièrent. Certaines de ces institutions étaient financées par les corporations ou "Liveries", afin de permettre l’éducation des enfants pauvres de leurs membres comme cette propriété appartenant à la corporation des Merciers (Haberdashers) située sur Hoffman Square.
 
 
C’est dans un de ces hospices reconvertis en musée que nous terminons notre visite : le musée Geffrye. Construit par un des membres de la corporation des quincaillers (Ironmongers), il était, à l’origine, constitué de 14 maisons et d’une chapelle. Il abrite aujourd’hui un musée qui retrace l’évolution du mobilier et de l’ameublement des classes moyennes britanniques depuis le XVIème siècle jusqu'à nos jours. Il vaut le détour, et il y a même des activités prévues pour les enfants !
 

Découverte d' Hampstead
Hampstead 
Hampstead est connu pour son parc et ses collines verdoyantes qui dominent la capitale. Mais les habitants du quartier apprécient surtout l'ambiance conviviale qui règne dans ce coin de la ville.
 
C’est à partir du XVIIe siècle que de très anciennes archives mentionnent Hampstead.
 
Reconnu au 18e siècle pour les bienfaits de son eau, ce quartier devient un endroit à la mode, des Londoniens fortunés ont commencé à s'installer dans ce petit havre de paix pour échapper au vacarme de la ville.
Mais sa popularité est quelque peu descendue dans les années 1800 au profit d’autres sources thermales londoniennes. Le centre thermal a été démoli en 1882, seule une fontaine a été sauvegardée.
 
Avec l'inauguration de la première gare ferroviaire en 1852, Hampstead confirme son statut de banlieue prospère de Londres, le quartier se développe et s’étend davantage en 1907 avec l’ouverture de lignes de chemins de fer dont les voies sont celles de la Northern Line.

Image_4168 
 
Au Nord et à l’Est se trouve l’immmense parc Hampstead Heath, 320 hectares, c’est le plus ancien grand parc de Londres. Parliament Hill offre une vue imprenable de Londres.
 
Image_4168
 
 Un village dans la ville: John Constable, peintre notable du 19e s s’y était installé avec sa famille, notamment parce que son épouse avait une santé fragile. Il a consacré une grande partie de ses toiles aux paysages d'Hampstead Heath.
 
Près de   deux siècles plus tard, les résidents du quartier apprécient toujours son calme champêtre.
On se sent à la campagne, on a vraiment le sentiment d'être en dehors de la ville. C'est un   endroit magnifique. L'architecture est authentique et les maisons sont bien préservées.      
 
Image_4168
                 
Le guide nous a montré des lieux où d'anciennes Workhouses gérées par les paroisses servaient de lieux d’accueil aux personnes sans argent, sans logement et qui travaillaient dur en contrepartie d’un toit, c’étaient des lieux sévères auxquels Dickens fait souvent référence dans ses livres. Un refuge d'écrivains et d’artistes: pourtant, le quartier n'a pas échappé à certaines évolutions.

Même si Hamsptead conserve son âme bohème, ce recoin de Londres est au fil des ans devenu un des lieux les plus huppés et les plus chers de la capitale. Hampstead a accueilli de nombreux artistes et intellectuels, qui se sont installés ici à partir du XIXe siècle. Le quartier continue d'attirer ce genre de personnes, mais malheureusement, de nos jours, un écrivain n'aurait plus les moyens de s'acheter une maison. De nombreux écrivains ont en effet dans le passé élu domicile à Hampstead. 

La boutique de Mark comporte d'ailleurs une section consacrée aux auteurs locaux. Keats (1795-1821) a écrit son célèbre poème ‘Ode to a Nightingale’dans le jardin de sa demeure de Wentworth Place. Sigmund Freud s'est également installé à Hampstead en 1938, un an avant sa mort... et un repère de stars.
De nos jours, les hommes de lettres ont quelque peu déserté les rues d'Hampstead, remplacés par une population d'un nouveau genre.
 
Image_4168
Une autre faune, un peu spéciale, a aussi fait de ce village son home sweet home:
les célébrités telles que le comédien Ricky Gervais. Mais il n'est pas non plus impossible de croiser l'ex-Spice Girl Geri Halliwell, Liam Gallagher du groupe Oasis ou encore l'actrice Emma Thompson, qui sont souvent de sortie.

Nous avons fini la visite par le cimetière de l’église St-Jean (1745) où la famille de George du Maurier,écrivain et illustrateur britannique, né français,est inhumée, ce fut la première église de Hampstead
Découverte de Mayfair
Le quartier de Mayfair
 
Ce quartier cossu réputé pour ses hôtels et ses boutiques luxueuses, tire son nom d’une grande foire qui avait lieu tous les mois de Mai aux 17ème et 18ème siècles, à Shepherd Market. Ce fut pendant longtemps le quartier des aristocrates après celui de Coven garden.
Ce village miniature aux rues piétonnes, a aujourd’hui des allures de village méditerranéen avec ses nombreux restaurants et terrasses.

Le départ de la visite se fait du métro Green Park. En face ou presque de la station de métro, le Ritz Hotel, qui fut le 1er Ritz au monde et qui date de 1906. 

Prendre la rue Bekerley. Le Club Saint James a logé les hommes d'affaires en déplacement pendant longtemps. C'est aussi (et ce n'est pas une coincidence) la rue des "courtisanes" dont une était la maîtresse de Napoléon III

Revenir sur Picadilly Road et prendre Albermarle St. Aller jusqu'au passage. En face se trouve l'Hôtel Brown, qui est célèbre pour ses voyages de noces (comme celui de Kippling). On raconte que le 1er appel téléphonique fût passé depuis cet hôtel. 

Puis en continuant, vous passez devant la galerie d'art Agnus, qui date de 1880. Elle a été fréquentée par Guiness alors qu'il était milliardaire.
Le restaurant Doloda (Club Albermal) reste célèbre car on y voyait régulièrement Oscar Wilde et son amant, ce qui a valu à l'écrivain, plusieurs procès et 2 ans de travaux forcés (condamné pour "grave immoralité").

En traversant l'Arcade, arrivez sur Old Bond Street. L'actuel magasin Dolce & Gabana était un Club fréquenté par Edouard VII

Puis revenir sur Picadilly et rentrer dans Burlington Arcade. C'est un passage qui a été crée pour les piétons. A l'époque, les femmes non accompagnées et les enfants étaient interdits (puisque c'était le quartier des courtisanes!!), tout comme les vélos. Aujourd'hui il est toujours interdit de siffler (comme à l'époque) et de courir!!

Sortir sur Burlington Gardens et continuer sur Saville Raw ou vous passerez devant le célèbre tailleur des vêtements militaires du Prince Harry : Gieves and Hawkes. 

En face se trouvait le siège de la maison de disques des Beatles, lieu ou ils ont joué 40 min sur le toit avant de se faire arrêter par la police. 
Image_9500
 
Il faudra repasser devant Abercrombie et aller ensuite dans New Bond Street. Au dessus de l'enseigne Cartier, il y a un blason avec 3 plumes : l'hisoire raconte que le Prince Noir combattu avec un inconnu.

Ayant gagné, il lui a enlevé son casque pour savoir qui il était. Il y avait 3 plumes dedans. Depuis,Le prince de Galles a adopté ce blason à 3 plumes. 

Ces "Royal Blason" sont apposés là où la famille royale est venu faire des achats! On révise l'emplacement de ces blasons tous les 5 ans.
 
 Image_9500
Arrivés sur un petite place, vous verrez les statues de Churchill et Roosevelt, statues qui ont été offertes par les commerçants du quartier. 
 
Puis tourner à Bruton st. Le très connu magasin Holland & Holland est le fournisseur du Duc D'Edimbourg. Un peu plus loin, vous pourrez voir la boutique Hartnell, couturier de la Reine pour son couronnement entre autre.
 
Image_9500
 
Au 17 de la même rue, arrêtez vous devant la maison des Grands- Parents de la reine Elisabeth 2 .
 C'est ici qu'elle vit le jour.

La rue débouche sur Bekerley square. C'était un domaine qui appartenait à Lord Bekerley. Jusque dans les années 20, c'était un quartier très aristocrate. Mais ces derniers ont dû vendre suite à un changement du régime des impôts. Beaucoup de maisons ont été détruites à la suite de cela. Les maisons noires sont les plus anciennes (1740). La maison à la porte bleue est un ancien casino, puis le casino légal de Lord Lucan après les années 60.  Accusé de meurtre, il disparu. La maison appartient aujourd'hui au propriétaire de la chaîne de restaurant Strada. C'est une boite de nuit.

En continuant sur Hill St et Farm St, découvrez le pub du XVIIIème qui appartient à L'ex mari de Madona : Punch and Bowl.

Rentrez dans l'église Catholique et ressortir par les jardins, véritable havre de paix en plein Londres. 
Imagniez vous que vous étiez, à cet endroit en dehors de Londres dans un domaine appartenant au Duc de Wesminster, à la suite d'un mariage arrangé!
A la place des immeubles rouges, se tenaient les works houses, maisons construites pour loger les travailleurs, qui étaient en quelques sortes "cloitrés" et emprisonnés! Cet endroit était très pauvre jusque vers 1880 ou l'on déménage les works house sur Fulham Road.

N'hesitez pas à rentrer dans la Grosvesnor Chapel, église protestante, ou est enterrée la femme d'un ambassadeur britannique à Istanbul.  Elle avait découvert, bien avant le vaccin, qu'en prélevant un peu de liquide de ses boutons de variole (quelle avait contractée) et en le donnant a ses enfants, ils étaient "vaccinés" contre la variole!
Ce fut la chapelle de la famille Grosvenor jusqu'en 1820.

Sur South Audley St, passez devant le magasin Thomas Goode & co. 
Le bâtiment date de 1845 et c 'est aujourd'hui un magasin de céramique pour la reine entre autre. Les deux élephants en vitrine ont été réalisés pour l'exposition universelle de 1889.

En descendant la rue, au 3 du square Audley, il y avait un club de femme. 
Les lampadaires servaient aux espions russes pour y cacher des informations. On y mettait des coups de craies pour informer qu'il y avait un message à récupérer.

Passer Curzon St. puis Hertford St. ou se trouve l'ancienne résidence du Marquis de Crew. Ce bâtiment a été successivement l'Ambassade des Etats Unis et d'Arabie Saoudite (encore aujourd'hui), se trouve également la célèbre boite de nuit Lulu's ou aime se rendre le prince Harry.

Déambuler ensuite dans Shepherd Market.
 
 
Quartier de Whitechapel et Spitafields

 

 

 Image_3573

 

Le quartier de Whitechapel, situé en dehors des limites de la Cité de Londres, près du quartier historique de Spitalfields, a accueilli depuis des siècles des immigrants et des refugiés. Les refugiés juifs s’y sont installés à partir du 19ème siècle, près de la City où ils n’étaient pas autorisés à habiter.

 

Les Juifs, les huguenots français et aujourd'hui les Bangladais ont tous laissé leurs marques dans ce quartier pauvre, avec une des plus grandes mosquées d’Europe.

 

On suit les traces de Jack l’Eventreur, des anarchistes russes, des redoutables gangsters Kray et d’Elephant Man qui fut soigné ici au Royal London Hospital, le plus grand hôpital de Londres. 

 

On découvre Spitalfields et son marché, les maisons du 18ème siècle construites par les huguenots, la fonderie où les cloches de Big Ben et de l’Abbaye de Westminster ont été fabriquées.

 

Puis on traverse le parc Altab Ali, du nom d’un jeune bangladais victime d’un meurtre raciste en 1978.

Terminez la visite devant la Whitechapel Art Gallery, construite en 1899 pour faire découvrir l’art aux habitants de l’East End de Londres.

Balade d'Angel à Clerkenwell

 

 

 Image_5822 

 

A la fin du XVIIIème siècle, la classe aisée quitte le centre surpeuplé de Londres  pour s'installer dans les nouvelles  et plaisantes rangées de maisons de style géorgien du côté de Anwell Street dans le quartier d’Angel.

 

On découvre l’évolution de son architecture et de son tissu social: de “banlieue”  aisée où se construisirent d’élégantes maisons géorgiennes de briques jaunes (les “London stock bricks”,  faites à partir de la glaise locale).

 

Avec l’arrivée des transports en commun, au milieu du XIXème siècle cette classe aisée se déplace à nouveau plus au nord.

 

A cette époque, la City commence à devenir le siège de la finance et du commerce et la construction de grandes banques et d'entreprises de négoce chassent du quartier les habitants les plus pauvres qui émigrent à Clerkenwell ou les maisons se transforment rapidement en taudis.

 

Notre promenade se terminera à Clerkenwell Green autour de son célèbre puits et de sa longue liste de dissidents politiques du XIXème siècle.

 

De Regents Canal jusqu'aux célèbres jardins d'agrément crées par Edward Sadler, cette balade promet une découverte de cette partie de Londres très enrichissante.

 

Sur les pas de Dickens

DICKENS’ LIFE

 

Marchons sur les traces de Charles Dickens en traversant différents endroits de Londres (partie Ouest) qui font référence à sa vie, à son œuvre ou à ses personnages de romans.

La meilleure source d'information sur la vie à Londres à l'époque de Dickens reste l'œuvre elle-même de ce grand écrivain. On découvre au fil des histoires des descriptions remarquablement vivantes des vieilles auberges, de la Tamise, de la City…

Nous suivrons ses pas et nous traverserons Embankment Gardens, Covent Garden, Bow street, St Mary le Strand, Lincoln’s Fields, Lincoln’s Inn puis :

-       soit Staple Inn et the Prudential Building (buste de Charles Dickens à l’intérieur)

-       ou Fleet Street et le Old Cheshire Cheese Pub.

 

  Image_4719

 

COMPTE RENDU

 

Nous avons choisi le jour des 90 ans de la Reine pour découvrir la vie et les œuvres de Charles Dickens en passant dans les différents lieux où il a vécu à Londres.

 

Cet homme a eu une vie passionnante et une œuvre prolifique. Léonie nous a fait part de multiples histoires et anecdotes sur sa vie, sa famille, ses amis tout en nous décrivant le Londres de l’époque de Dickens.

 

Dickens's Blue Plaque.jpg

 

Nous sommes partis de Embankment, autrefois quartier très aristocratique qui bordait la Tamise où chaque propriété avait sa « water door » pour accéder directement aux bateaux, la rivière étant la meilleure route à l’époque !

 

Puis direction Buckingham Street N°15 où Dickens a vécu avant que son père ne soit envoyé en prison pour dettes suivi par toute la famille sauf le petit Charles obligé de travailler à 12 ans dans une fabrique de cirage pour essayer de payer les dettes de son père !

WP_20160421_005.jpg

 

 

Puis passage sur le Strand (qui veut dire « plage » en suédois, quartier habité par les Vikings au 7eme et 8eme siècle), Covent Garden, endroit très mal famé du temps de Dickens où il se promenait la nuit.

 

WP_20160421_013.jpg

 

Ses écrits sous forme de chroniques mensuelles ont fait découvrir les conditions épouvantables dans lesquelles les pauvres gens vivaient à l’époque. Après avoir souffert de la pauvreté lui même, il a exercé plusieurs petits métiers avant de devenir Parliamentary Transcriber, écrivain et éditeur de ses œuvres ayant même du succès jusqu’aux Etats Unis de son vivant, ainsi que directeur d’une troupe de théâtre.

 

Une vie amoureuse compliquée, un mariage avec Catherine Hogarth, 10 enfants, une séparation où il s’est extrêmement mal comporté avec sa femme, amant de la jeune actrice Ellen Ternan


Dickens est décédé à la suite d’une attaque cérébrale le 9 Juin 1870 à 58 ans et est enterré à Westminster alors qu’il avait expressément demandé à ne pas l’être mais la reine Victoria en a décidé autrement !

 

 

          Image_4719 

       

  Embankment Tube Station                          

Le Quartier de Smithfield

 

Le quartier résidentiel de Barbican

 

Détruit en grande partie pendant la seconde guerre mondiale, il a été reconstruit dans les années 1960/70 dans un style qui ne fait pas l'unanimité.

Il abrite entre autre, le " Barbican Art Centre" et le musée de Londres.

 

 

L’histoire de ce quartier est très ancienne.


Le quartier de Smithfield, réputé pour ses abattoirs, abrite également d'autres curiosités, comme la Charterhouse, qui tient son nom de l'ordre monastique des chartreux, dont le monastère occupait originellement les lieux avant qu'Henri VIII ne le fasse fermer en 1537. Appelée également Sutton House, du nom du riche roturier qui a racheté les murs au 17eme siècle et y a construit une école et un hôpital, elle sert aujourd'hui de "maison de retraite" réservée exclusivement à la gente masculine. Elle a servi de demeure à Hercule Poirot le temps du tournage de la série de télévision.

 


Le quartier de Smithfield était à l'origine constitué de vastes étendues de pâturages et situé hors des murs de la Cité de Londres. Jusqu'en 1100 il s'y tenait un célèbre marché aux chevaux.
Transformé en marché à viande de bœuf durant le 12eme siècle, le marché continue à se diversifier et à se développer jusqu'en 1852, date à laquelle le point de saturation est atteint et où la nécessité de construire des infrastructures et un nouveau bâtiment plus adapté s'impose.

C'est Horace Jones l'architecte du Leadenhall Market qui est chargé du projet. Le bâtiment est aujourd'hui classé.


Smithfield était également un lieu notoire d'exécutions. Située à l'emplacement actuel de l'hôpital St Bartholomew, une plaque rappelant l'exécution d'un célèbre rebelle écossais à l'époque d'Edouard 1er, William Wallace, est fleurie régulièrement.

 

Image_5006


Juste à côté de l'hôpital nous découvrons l'église de Saint Bartholomew the Great nichée entre deux immeubles.

Cette superbe église, qui possède l'intérieur médiéval le mieux conservé de Londres ainsi qu'un des deux plus anciens baptistère datant du 15eme siècle, a été amputée d'une partie de sa surface au cours de son histoire.
Elle a servi de lieu de tournage pour de nombreux films notamment, " Quatre mariages et un enterrement" et “Shakespeare in love".


Nous terminons la visite dans une des rues situées derrière l'église (Cloth Fair) dans le quartier qui abritait des grandes foires aux tissus et dont l'inauguration était marquée par la coupe de la première étoffe de tissus par le Lord Maire... 

 

Emmanuelle
 
 

Métro Barbican

Visiter Londres

 Adhésion Calendrier Identification

Nos annonceurs